la peur, de l’origine à la disparition

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Il ne s’agit pas ici de l’action instinctive, comme quand nous voyons un ours ou une voiture qui nous arrive droit dessus à grande vitesse. Dans ces cas, notre cerveau reptilien active notre instinct de survie.

Mais dans notre monde, il y a peu de chances que l’on doive soudainement courir pour échapper à un ours et si nous faisons attention en traversant la route, le scénario de la voiture est plutôt rare.

Parlons plutôt de la peur de parler devant un auditoire, la peur de ne pas réussir, la peur de réussir, la peur de perdre son emploi ou la peur de mourir.

 

D’où vient la peur ?

Nous pensons souvent que ce sont les événements autour de nous qui créent nos sentiments et émotions. Mais en réalité, c’est comment nous y réagissons.

Vous pensez qu’il y a un monstre sous le lit. Même si vous savez qu’il n’y en a pas, vous n’y pouvez rien. Vous êtes allongé, paralysé et n’osez plus bouger. Plus vous y pensez, plus vous êtes impuissant face à cette peur. Ce n’est pas le monstre qui pose problème, c’est ce que vous en pensez.

Vous êtes tétanisé à la pensée de toutes ces choses que vous avez à faire et ne faites rien, à la pensée de monter dans l’avion et ne voyagez pas, à la pensée d’être rejeté et vous n’entamez pas la conversation avec un inconnu, à la pensée de ne pas être assez bien et vous n’agissez pas.

Vous avez associé tout un tas d’idées à une situation.

Ce sont les pensées qui sont à l’origine de la peur.

 

En dehors des pensées, la peur existe-elle ?

Tant que nous avons peur, nous ne faisons pas de place dans notre esprit pour créer. Créer un autre quotidien, une autre image de nous, un autre futur.

Observez vos pensées. La question n’est pas “comment je me débarrasse de la peur ?” mais “qu’est-ce que la peur ?”

En observant la peur, et non  son objet, elle s’évanouit.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0