le pire qui puisse nous arriver est... une pensée

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Le rôle de la pensée

Est-il possible de se libérer totalement de la souffrance ?

Qu’est ce qui est à l’origine de notre frustration, colère, tristesse, peur ?… Vous vous sentez seule, votre carrière est un désastre, vous avez l’impression d’être un mauvais parent ?

Ce n’est pas vraiment l’événement extérieur qui nous fait de la peine, mais la façon dont nous y réagissons, dont nous y pensons.

Nos émotions sont façonnées par notre rapport aux événements qui nous arrivent. Notre enfant fait une crise de larmes, nous nous faisons licencier, notre conjoint nous quitte ou nous perdons un être proche. Nous sommes conditionnés à réagir à ces événements en nous mettant en colère, en pleurant ou de toute autre façon qui nous est désagréable.

 

L’image intérieure 

De façon similaire, à l’intérieur, nous construisons aussi une image de nous-mêmes. Nous sommes conditionnés à penser que notre “moi” est le fruit de notre vécu, notre éducation, nos traumatismes. Nous essayons de soigner nos blessures passées.

Qu’est-ce qu’une blessure passée ? C’est un souvenir. Une pensée, que nous reproduisons sans cesse. Nous en faisons une blessure par la manière dont nous y pensons. Mais nous ne sommes pas obligés de continuer à nous définir à travers ces blessures.

Nous nous attachons tellement à nos souvenirs, notre ego, notre image. Dès que quelque chose ou quelqu’un vient la troubler, nous nous révoltons. Alors que rien ne nous retient à être attaché à cette image, sinon ce que nous en pensons.

 

Remettre la pensée à sa juste place

Quand nous regardons les étoiles, nous voyons des constellations. Sans l’image de constellation, inventée par l’Homme, les étoiles sont juste des étoiles. Dans la réalité, elles ne sont pas regroupées ensemble dans le ciel.

Si nous parlons sans arrêt, nous ne pouvons pas entendre les autres. De la même manière, si nous nous parlons à nous-mêmes, c’est-à-dire nous pensons, nous ne pouvons pas être en contact avec ce qui est réellement, sans filtre de notre pensée, sans poser d’images.

Il ne s’agit pas d’essayer de contrôler nos pensées ou penser autrement, avec des termes plus positifs, mais plutôt d’observer les pensées comme un bruit de fond, sans vouloir les arrêter. D’observer les étoiles sans les grouper en constellations.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0