traverser les tempêtes de la vie quotidienne

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Hier il pleuvait. Ce n’était pas une petite pluie fine. Mais une belle pluie avec de grosses et lourdes gouttes et un chuchotement apaisant. C’était la pluie du film japonais “Après la pluie” [KOIZUMI Takashi, Ame agaru, 2000, Japon, Asmik Ace Entertainment, Kurosawa Production].

En face de chez moi, il y a un grand arbre. En ce moment ses feuilles commencent à jaunir légèrement. Certaines sont d’un orange foncé très marqué.

En le regardant, je me suis aperçue qu’un oiseau était assis sur une branche. Il était balancé par le vent et fouetté par la pluie. De temps en temps il secouait la tête pour enlever les gouttes.

 

Au premier abord, j’ai eu pitié de l’oiseau. Je me disais qu’il avait froid et attendait patiemment que la tempête passe.

Puis en observant, je me suis rendue compte que la scène dégageait une certaine sérénité. L’oiseau était immobile dans le mouvement qui l’entourait. C’est comme s’il rassemblait toutes ses ressources internes pour garder la chaleur et rester accroché à la branche. Il ne réagissait pas au vent en se débattant. La pluie est juste la pluie et l’oiseau ne s’en plaignait pas, ni ne cherchait à l’arrêter.

Les feuilles de l’arbre bougeaient aussi, mais le tronc restait immobile.

 

Il y a des tempêtes qui arrivent dans notre vie et que l’on ne peut pas changer. Mais nous pouvons toujours faire appel à notre force intérieure qui est toujours là, la lumière qui brille en nous, quelques soient les circonstances extérieures.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0