la jungle des couches lavables

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Vous connaissez tous les 13 travaux d’Héraclès ? Oui oui, 13 ! Le 13e étant mon combat avec les couches lavables.

Vous n’avez pas encore lu ? Alors c’est parti !

 

Un début enthousiaste

Il y a très très longtemps, sur une planète bien lointaine, la Terre, régnait une coutume qui encourageait un comportement alternatif et écolo.

Pour vous qui vivez sur une autre planète, sachez que la Terre a des ressources limitées et ses habitants doivent donc en permanence s’adapter pour gérer au mieux ces ressources.

En bon terrien que j’imagine que je suis, j’ai décidé qu’à la naissance de mon bébé, j’utiliserai des couches lavables. Oui, quelle merveilleuse idée que j’ai eu là !

 

J’ai fait des pieds et des mains contre tous ceux qui me mettaient en garde. Ce qui importait le plus c’était le confort des fesses de mon bébé. Pas question de les mettre dans du plastique imbibé de substances pétrochimiques.

Avec en plus à la clé des économies et un Bébé qui va au pot dès 6 mois (ah bon?!…). Le rêve !

Je me suis donc lancée à la recherche d’informations. Et là, surprise… le sujet s’est révélé plus compliqué que ce que je n’avais initialement prévu.

 

Un milieu pas très convaincant

C’est en fait complétement la JUNGLE ! Vous avez déjà lu un article sur le sujet ? C’est très obscur, pour ne pas dire amphigourique.

J’ai arpenté moult sites et avis d’autres parents jusqu’à maîtriser tout ce vocabulaire indéchiffrable des T1, T2, inserts… pour finalement opter pour… de bons vieux rectangles en tissu.

 

Une fin… “sauve qui peut”

Bref, mon aventure des couches lavables a pris fin au bout d’une semaine après la naissance de mon fils.

Je sais qu’il y a beaucoup de personnes pour qui la solution des couches lavables fonctionne très bien. Pour moi c’était une chose de trop à gérer les premiers jours avec Bébé à la maison.

J’en rigole aujourd’hui, mais c’était une pression inutile que je me suis mise. J’aurais pu persévérer, peut-être avec un peu d’aide de mon entourage j’y serais arrivée.

 

Votre enfant, votre solution

Je voudrais donc ici vous encourager à utiliser les solutions qui VOUS paraissent appropriées sur le moment.

Mais aussi à changer d’avis.

Quitte à entendre l’inutile “je te l’avais dit”.

Jelly Cloux, Corde à linge, acrylique sur papier, 2016, 70×50 cm

Share and Enjoy !

0Shares
0 0